Mécanique

Il est recommandé d’avoir préalablement examiné avec l’ensemble du groupe un cas précis de VBG en ligne ; l’atelier stratégique/tactique doit de préférence suivre l’atelier plus général Déconstruire la violence en ligne basée sur le genre. Selon le nombre de participant·e·s, formez des petits groupes chargés de planifier la riposte à un cas précis de VBG en ligne.

Présentez une cartographie des réactions/ripostes ; le but est d’organiser les actions qui constituent la riposte dans l’ordre de priorité, de définir un calendrier et d’adopter une stratégie collective.

Le plan devra comporter les éléments suivants :

Échelonnement de la riposte dans le temps Sur le modèle ci-joint, les réactions sont classées dans l’ordre chronologique : 1ère semaine, 1er mois, 6 mois suivants. Selon la gravité de l’agression, l’escalade et les suites éventuelles, il peut y avoir des variations dans l’échelonnement de la riposte excepté en ce qui concerne la 1ère semaine. Dans certains cas, la riposte s’étalera sur plus de 6 mois, notamment si la survivante a décidé d’engager des poursuites judiciaires et/ou des actions de défense de droits, tandis que dans d’autres, la riposte prendra moins de 6 mois. L’objectif ici est de définir un calendrier comprenant les actions immédiates, de court terme et de moyen terme.
Réaction/riposte individuelle
Mesures que la personne vivant de la VBG en ligne peut/doit prendre.
Riposte de la communauté

Actions que les ami·e·s, organisations, réseaux et communautés de la survivante pourront engager en riposte à l’agression et/ou pour la soutenir. Les questions à poser pour orienter la réflexion des participant·e·s sont :

  • Qui constitue la communauté/réseau de la survivante ?

  • La survivante peut-elle compter sur des ami·e·s ou des proches pour l’aider à faire face à l’agression et à s’en remettre ?

Riposte du mouvement Actions que les mouvements féministes et de défense des droits des femmes peuvent engager en riposte aux cas de VBG en ligne.
Sécurité numérique Mesures que la survivante et sa communauté devront prendre pour sécuriser leurs communications en ligne et prévenir toute autre atteinte à la vie privée ou intensification du harcèlement. Exemples : sécurisation des identifiants, comptes, pages, etc. et/ou des appareils, signalements aux plateformes, «autodoxing» et recherche des données personnelles de la victime disponibles en ligne.
Sécurité physique Mesures que la survivante et sa communauté devront prendre pour la protéger en dehors d’internet. Exemples : tactiques et stratégies préventives pour éviter l'escalade dans le monde "réel" de l’agression en ligne, ou tactiques correctives si les répercussions physiques sont déjà une réalité.
Bien-être et réconfort Mesures visant à s’assurer que la survivante est en état de prendre soin d’elle-même. Soutien actif de la communauté et du mouvement.
Militantisme et défense de droits
Actions à engager pour obtenir réparation au-delà du simple arrêt de la VBG en ligne. Exemples : poursuites judiciaires engagées contre les agresseurs et/ou les plateformes, campagnes contre la violence sexiste/de genre en ligne, etc. Il s’agit au minimum de documenter les faits afin de contribuer à l’élaboration d’une base de données que d’autres pourront consulter.

Passez à la Cartographie des réactions/ripostes aux cas de VBG en ligne.

wiggy-cactus-red-several.png